Encyclopédie internationale
des histoires de l’anthropologie

Kroeber, Alfred Louis (1876–1960)

Coordonné par Herbert S. Lewis

University of Wisconsin-Madison

Des années 1940 à son décès, Alfred Louis Kroeber (1876-1960) a été est considéré comme le « doyen de l’anthropologie états-unienne ». New-Yorkais issu d’une famille d’immigrés allemands, Kroeber commence ses études supérieures à l’université Columbia. Après avoir obtenu une maîtrise en littérature anglaise, il se consacre à l’anthropologie et devient le premier étudiant de Franz Boas à obtenir son doctorat, en 1901. La même année, Kroeber quitte New York pour s’installer en Californie. Fondateur du département d’anthropologie de l’université de Berkeley en 1901, il en est la figure intellectuelle prédominante, au-delà même de sa retraite en 1946. Il est l’auteur de plus de 550 publications (livres, monographies, articles, critiques) sur un large éventail de sujets touchant l’ethnologie, la linguistique, l’histoire et l’archéologie. Il s’intéressait à toutes les sociétés humaines et leurs cultures, à leur passé et leurs relations. Ses travaux s’étendent du niveau micro au niveau macro. Il a ainsi collecté des textes en langues amérindiennes, enregistré des chansons et pratiqué l’observation participante. Mais il a également œuvré au niveau théorique, à travers la généralisation anthropologique et la comparaison culturelle mondiale. Son Handbook of the Indians of California est au fondement de toute étude des peuples autochtones de cette région. Il laisse un héritage anthropologique (linguistique, ethnographique, enregistrements) inestimable pour de nombreux groupes et individus amérindiens de Californie. Les recherches et le témoignage de Kroeber jouèrent un rôle essentiel dans le succès judiciaire des revendications territoriales de groupes amérindiens de Californie et d’autres États contre le gouvernement des États-Unis. Son livre, Anthropology (1948), est un remarquable recueil de faits et d’idées sur les peuples et les cultures du monde, et son imposante entreprise éditoriale, Anthropology Today (1953), englobe tout le spectre de la discipline à cette époque. Kroeber a a connu la notoriété, en dehors de son milieu professionnel, grâce au livre de Theodora Kroeber, Ishi in Two Worlds (1961), publié peu après la mort de son époux. Malgré leurs graves désaccords intellectuels, Kroeber était incontestablement un des héritiers de Boas et s’imposa comme un maître de l’anthropologie culturelle.

Dossiers documentaires associés