Accueil
Encyclopédie internationale
des histoires de l’anthropologie

« Bernard Lortat-Jacob. Entretien avec Alain Morel »

Bernard Lortat‑Jacob
Alain Morel
2018
Référence complète

« Bernard Lortat-Jacob. Entretien avec Alain Morel », collection « L’Ethnologie en héritage », n°23, réalisateur : Gilles Le Mao, producteurs : Gilles Le Mao & Stéphane Jourdain/La Huit, 2018, 180 min.

Présentation de l’entretien :
Quand la musique est de la fête.
Pourquoi la musique est-elle si importante dans les petites sociétés rurales de Méditerranée et si indispensable à la réussite de leurs fêtes ? C’est que, dans le cadre de performances réglementées, elle embarque et met en jeu tout un chacun, dans une émotion partagée. Associant mécanismes intimes, systèmes formels et conduites collectives, elle dit, à sa façon, qui l’on est ou qui l’on doit être. C’est donc une ethnologie du grand écart que pratique Bernard Lortat-Jacob (né en 1941) : de la vibration des cordes vocales aux rumeurs de la piazza. Dans ce sillage, il nous convie à l’observation des musiques de village : au Haut-Atlas, en Sardaigne, en Albanie et en Roumanie. Ses recherches ont été conduites au sein du Laboratoire d’ethnomusicologie du Musée de l’Homme (CNRS) et de la formation doctorale qui lui est associée à l’Université de Paris X Nanterre-La Défense, dont il assura la responsabilité durant près de vingt ans.

Mentions légales

Ce film documentaire est protégé par la législation française et les conventions internationales relatives au droit d’auteur et à la propriété intellectuelle.
Les utilisations gratuites et exclusivement destinées à des fins d’enseignement et de recherche de ces œuvres sont les seules autorisées par les auteurs et Bérose, nonobstant les dispositions du code français de la propriété intellectuelle.
Toute autre utilisation (reproduction, représentation, traduction,…), et notamment à des fins commerciales, est interdite sans l’obtention de l’accord préalable des auteurs ou des titulaires de droits concernés. L’utilisation non autorisée (par la loi ou par l’auteur) d’une œuvre est une contrefaçon, et toute contrefaçon est un délit (article L.335-2 du Code de la propriété intellectuelle).