Encyclopédie internationale
des histoires de l’anthropologie

« Georges Balandier. Entretien avec Bénédicte Goussault »

Georges Balandier & Bénédicte Goussault
2010
Référence complète

« Georges Balandier, entretien avec Bénédicte Goussault », collection L’Ethnologie en héritage, n°7, réalisateur : Gilles Le Mao, producteur : Gilles Le Mao et Stéphane Jourdain/La Huit, 2010, 170min.

Présentation de l’entretien :
Dès 1946, Georges Balandier, anthropologue et écrivain, étudie aussi bien en Afrique de l’ouest qu’en Afrique centrale, notamment au Congo et au Gabon, les mutations africaines de l’après-guerre. À son retour en France, en 1951, il rentre au CNRS et, sollicité par l’IEP de Paris, il assure en France les premiers cours sur le développement. À l’École Pratique des Hautes Etudes, il crée un enseignement de sociologie de l’Afrique noire et fonde le Centre d’études africaines. Élu professeur à la Sorbonne en 1962, il assure la direction de recherches collectives, notamment au Congo, au Gabon, en Côte-d’Ivoire, au Nigeria et au Maghreb. Il enseigne en France et en Afrique mais aussi aux États-Unis, à Oxford, aux universités de Tokyo et de Kyoto, au Canada, au Mexique, en Iran… Georges Balandier, dont l’œuvre consiste à la fois en une approche des sociétés «  autres  » telles que l’Afrique noire en offre et des sociétés occidentales où se présentent les formes plus avancées de la modernité, sans qu’il faille y voir deux objets choisis de façon éclectique par le chercheur mais le thème d’une même interrogation, est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages mondialement lus depuis cinquante ans.

Mentions légales

Ce film documentaire est protégé par la législation française et les conventions internationales relatives au droit d’auteur et à la propriété intellectuelle.
Les utilisations gratuites et exclusivement destinées à des fins d’enseignement et de recherche de ces œuvres sont les seules autorisées par les auteurs et Bérose, nonobstant les dispositions du code français de la propriété intellectuelle.
Toute autre utilisation (reproduction, représentation, traduction,…), et notamment à des fins commerciales, est interdite sans l’obtention de l’accord préalable des auteurs ou des titulaires de droits concernés. L’utilisation non autorisée (par la loi ou par l’auteur) d’une œuvre est une contrefaçon, et toute contrefaçon est un délit (article L.335-2 du Code de la propriété intellectuelle).