> Ethnographes et anthropologues 

Encyclopédie

Douglas, Mary (1921-2007)

Dossier coordonné par Christine Laurière (CNRS, IIAC-LAHIC)

Mary Douglas (1921-2007) est l’anthropologue sociale britannique la plus influente de sa génération. Élevée dans la foi catholique, elle étudie à Oxford. Elle travaille au Colonial Office avant de s’inscrire en doctorat d’anthropologie sous la houlette d’Evans-Pritchard. Elle fait du terrain chez les Lele du Kasai (Congo Belge) en 1949-1950, 1953. Professeur à l’University College London pendant vingt-cinq ans, elle enseigne ensuite onze ans aux États-Unis (Russel Sage Foundation, Northwestern University, Princeton). Influencés par la pensée de F. Steiner, M. N. Srinivas, É. Durkheim, le structuralisme lévi-straussien, ses travaux, originaux et stimulants, sont nourris de comparatisme. Purity and Danger (1966, trad.fr. De la souillure, 1971), Natural Symbols (1970) marquent un tournant dans sa réflexion sur les classifications, règles et rituels que partagent toutes les sociétés humaines. Au fil des décennies, elle élargit ses premiers centres d’intérêt (anthropologie des religions et des institutions) et publie des ouvrages pionniers en anthropologie économique et de la consommation, du risque. Elle étudie longuement l’Ancien Testament. Elle est l’auteure d’une ambitieuse théorie anthropologique et sociologique, appelée « théorie culturelle ».

Mots-clés : Anthropologie sociale | Structuralisme | XXe siècle | Congo belge/République démocratique du Congo | Comparatisme | Lele | Rites | Anthropologie de l’alimentation | Anthropologie économique | Théorie culturelle | Symboles | Classifications | Risque | Consommation | Études bibliques | Institutions | Anthropologie des religions | Émile Durkheim | Evans-Pritchard