> Institutions et revues anthropologiques 

Encyclopédie

Société d’anthropologie de Paris (1859- )

Fondée en 1859 par le médecin Paul Broca, la Société d’anthropologie de Paris (SAP) est la première société savante au monde à se réclamer de l’anthropologie, définie comme l’histoire naturelle de l’Homme. Même si le programme scientifique se veut généraliste, ce sont essentiellement la préhistoire, l’anthropologie physique, l’anthropométrie et la craniométrie qui retiennent l’attention de ses membres, essentiellement des médecins. L’audience et le succès de la SAP sont très importants jusque dans les années 1880, la Troisième République naissante favorisant les entreprises scientifiques satellites privées de Broca qui les place sous la bannière de la science républicaine anticléricale et positiviste. La SAP se dote ainsi d’une revue, les Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris (1859), renommée Bulletins et mémoires de la SAP en 1900. En 1872 sont créés la Revue d’anthropologie et le musée d’anthropologie puis, en 1875, l’École d’anthropologie de Paris par Broca et le groupe des matérialistes scientifiques. Ce groupe prend de l’ampleur au sein de l’École et de la Société après la mort du fondateur en 1880. La Société est dirigée par Paul Topinard de 1880 à 1886, Charles Letourneau de 1886 à 1902, Léonce Manouvrier de 1902 à 1914. Après la Première Guerre mondiale, la Société décline, restant à la traîne de découvertes scientifiques majeures dans le domaine de la génétique naissante ; elle est délibérément ignorée par les maîtres d’œuvre de l’institutionnalisation de l’ethnologie françaises dans les années 1920-1930 qui lui reprochent une approche trop biologisante et racialiste de l’homme. Elle connaît un petit sursaut avec Henri-Victor Vallois, secrétaire général à partir de 1939 et la prise en charge des frais de publication de sa revue par le CNRS en 1947. La SAP existe toujours, son domaine d’étude étant dorénavant l’anthropologie biologique.

Mots-clés : Anthropologie physique | Ethnologie/anthropologie française | Sociabilité savante | Seconde moitié du XIXe | XXe siècle | France | Broca, Paul | Société savante