La Naudze

La Naudze
Gaston Vuillier, Dessin aquarellé (36 x 24 cm), collection Musée du Cloître, Tulle

Dessin aquarellé montrant un intérieur très sombre et pauvre, où se trouve un berceau en bois dans lequel repose un enfant très pâle, dont on n’aperçoit que le petit visage rond, atteint de la « Nautze ». La nautze, en patois limousin désigne l’état de langueur, quelle qu’en soit la cause, où se trouve un enfant, par exemple, qui ne peut plus « ni vivre, ni mourir ». Les enfants, selon la coutume limousine, étaient sanglés dans leur berceau par des bandelettes entrecroisées. Pour tenter une guérison de ce mal mystérieux, les femmes pesaient quatre chandelles, qu’elles rognaient l’une après l’autre pour en rendre le poids exactement égal. Puis à l’aide du suif fondu, elles fixaient les chandelles aux quatre montants du berceau, les baptisaient chacune du nom d’un saint, puis les allumaient toutes en même temps et devant chacune d’elles, une femme priait. Lorsque la flamme d’un cierge se mettait à vaciller, puis à s’éteindre, la source qui était placée sous le vocable du saint, était désignée. C’est là que l’enfant devait être transporté et son corps immergé. La mère devait alors faire le tour du village, chacun lui remettait un sou pour dire une messe et subvenir aux dépenses du voyage à la fontaine sacrée.

Origine/Localisation de la ressource

Musée du Cloître, Tulle, France.