Le martelage de la rate

Le martelage de la rate.
Dessin aquarellé (27 x 44 cm), collection Musée du cloître, Tulle.

Dessin aquarellé (27 x 44 cm), collection Musée du cloître, Tulle

Dessin aquarellé représentant le forgeron Chazal, debout, en bras de chemise, portant un long tablier et une ceinture de flanelle autour de la taille. Il tient la nuque de l’enfant de la main gauche et lève le bras droit dont la main tient un lourd marteau. L’enfant est étendu sur une enclume, nu, à demi étendu, la tête penchée en arrière. Derrière lui, la mère vêtue d’une cape sombre lui tient le bras gauche tendu et raide. Vers la droite, au premier plan ,une femme de dos vêtue d’une cape et d’une coiffe limousine. Tout à droite, au second plan, une autre femme est évoquée, mains levées. Au fond on aperçoit une petite fenêtre éclairée par la lune. Le Metez était renommé pour son pouvoir de guérir la « rate » (lhernie inguinale ou hypertrophie de cet organe). Le malade devait venir trois fois de suite durant trois lunes nouvelles et consécutives. Les femmes enceintes se préparaient des couches faciles en se faisant « forger » à chaque nouvelle lune.

QuickTime - 18.3 Mo


Vidéo 1 mn 30





Portfolio