Daniel Fabre et Arnold Van Gennep, un dialogue ininterrompu

Christine Laurière

IIAC-LAHIC, CNRS, Paris

2020

Référence complète

Daniel Fabre et Arnold Van Gennep, un dialogue ininterrompu, par Christine Laurière, 2020, in Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, Paris.

Arnold Van Gennep, passeur aux gués de l’ethnographie : tel aurait pu être le titre de ce bref article évoquant le dialogue au long cours que Daniel Fabre (1947-2016) entretint avec les travaux d’Arnold Van Gennep (1873-1957). À la façon des poupées gigognes de l’art populaire russe, ce titre s’emboîte dans celui d’une lumineuse et érudite recension de Daniel Fabre, « Passeuse aux gués du destin [1] ». Il y rendait compte de l’ouvrage magistral de son amie Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire, qui, entre autres enseignements majeurs, s’accompagnait implicitement d’une « totale refonte (…) de la théorie des rites de passage [2] » de Van Gennep en faisant pivoter le regard vers l’agent féminin du passage. À Minot, dans la campagne châtillonnaise, ce sont la laveuse, la couturière, la cuisinière, qui « se partagent les rôles de passeuses dans les rites de la vie des femmes ». La couturière fait les jeunes filles et la mariée, la cuisinière fait les noces, la laveuse fait les bébés et les morts. « Ces trois travailleuses apparaissent comme les maîtresses de la destinée chaque fois que le corps – féminin, nouveau-né ou mort – traverse un gué dangereux puisque c’est singulièrement dans la physiologie que s’inscrit le destin social [3]. » D’emblée, Daniel Fabre plaçait sa lecture sous les auspices de « l’importance révolutionnaire de cette première intuition » de Van Gennep qui « génialement rassemblait la gerbe, plus attentif aux identités structurelles qu’au fourmillement de ce qui reste détail une fois le fil perdu [4] », en proposant le modèle unique des rites de passage (découpés selon le schéma ternaire des rites de séparation, marge et agrégation) prenant place dans une séquence cérémonielle contextualisée qui leur donne tout leur sens. Pour le compte de sa propre recherche, en assumant un « point de vue de “garçon” [5] », Daniel Fabre prolongeait ensuite sa lecture par une évocation de sa recherche au long cours consacrée à ce qu’il appelait « l’invisible initiation » masculine dans les sociétés rurales européennes [6], à la production sociale et culturelle de la virilité, ici mise en perspective, enrichie, grâce aux travaux ethnographiques d’Yvonne Verdier s’intéressant en particulier à la vie de la jeune fille ‒ autrement dit, le passage à la puberté par la « voie des oiseaux », pour les garçons, ou la « voie des fleurs », pour les filles [7]. Commencée sur ses terrains languedociens dans les années 1970, cette enquête sur le « trajet initiatique » qui conduit le garçon vers l’âge d’homme avait amené Daniel Fabre à décortiquer, en anthropologue attentif à la profondeur historique, les multiples ressorts identitaires des discours, des pratiques et règles coutumières, des ratés aussi, de ce moment important entre tous, résumé par l’expression méridionale de « faire la jeunesse ». Une quinzaine de publications [8] naîtront de cette enquête se dépliant en plusieurs volets solidaires : « C’est en m’attachant à ces questions, écrivait-il, que je suis devenu par nécessité spécialiste du carnaval, de la relation aux morts et de l’autobiographie, autant de sujets qui ne s’éclairent et ne me retiennent que dans la perspective générale d’une élucidation des trajets invisibles et des règles implicites qui constituent, dans nos sociétés, garçons et filles, hommes et femmes dans leurs différences [9]. » Pour Yvonne Verdier comme pour Daniel Fabre, la lecture – mais, surtout, l’actualisation et le dépassement – des travaux d’Arnold Van Gennep sur les rites de passage qui socialisent la destinée biologique « du berceau à la tombe », modèle structurant la découpe même de son Manuel de folklore français, a bien constitué une source d’inspiration commune – à laquelle il faut ajouter une autre inspiration primordiale, lévi-straussienne et structurale celle-ci, qui décrypte la logique symbolique de l’action rituelle et prête attention aux champs sémantiques disant, faisant et justifiant la coutume [10].

À dire vrai, l’intérêt de Daniel Fabre pour le grand œuvre publié d’Arnold Van Gennep est antérieur à cette enquête sur la fabrique de la virilité. Il remonte à ses tout premiers travaux universitaires : de maîtrise, à la fin des années 1960, lorsqu’il étudiait le conte populaire de Jean de l’Ours [11], présent dans de nombreuses régions françaises ; de doctorat, en valorisant vigoureusement La tradition orale du conte occitan contre les Cassandre qui déploraient la pauvreté contemporaine de ces répertoires merveilleux et légendaire – ce qui fut parfois, par ignorance, le cas de Van Gennep dont les informations remontant de son réseau d’informateurs épistoliers pouvaient s’avérer lacunaires. Malgré cela, dès l’incipit, il est présenté comme un « auteur par ailleurs capital [12] », pour sa contribution à la mise par écrit de cette tradition orale, pour son attention à la diversité des parlers régionaux et des pays, aux situations de diglossie, pour son histoire très nuancée de l’influence du catholicisme sur les pratiques rituelles et quotidiennes. Cet intérêt de Daniel Fabre pour Van Gennep n’a fait que se confirmer au fil des années et des chantiers ouverts, par exemple sur la fête et le carnaval [13], le charivari [14], le Manuel de folklore français comme « lieu de mémoire » et instance d’opposition au musée des Arts et Traditions populaires [15], la nation [16], sur l’histoire de l’anthropologie, Van Gennep ayant été un remarquable historiographe de la genèse de la curiosité ethnographique en France et un bibliographe forcené sachant repérer des sources précieuses qui nourriront la réflexion de Daniel Fabre sur « l’autre de l’art [17] ».

Surtout, Giordana Charuty a bien rappelé comment, tout au long des années 1980 et 1990, les membres du Centre d’anthropologie sociale de Toulouse dont elle faisait partie, rassemblés autour de Daniel Fabre qui le dirigeait, ont fait fructifier en l’actualisant dans des analyses neuves, selon des thématiques renouvelées, l’héritage de Van Gennep. Elle pointe combien ses monographies régionales (sur la Bourgogne, la Flandre et le Hainaut, la Savoie, le Dauphiné, les Hautes-Alpes, l’Auvergne et le Velay, etc.) et son Manuel ont été utilisés par ces ethnologues européanistes [18] comme un réceptacle de la mémoire culturelle permettant d’observer différemment des sociétés contemporaines qui, à première vue, ne posséderaient pas la richesse cérémoniale des sociétés rurales anciennes, de les replacer dans une histoire longue sensibles aux logiques et aux questionnements anthropologiques. Pour ces ethnologues du domaine français et européen, Arnold Van Gennep – « une institution » à lui tout seul, écrit Giordana Charuty – aurait assuré un rôle de passeur des études d’ethnographie « folkloriste » vers l’anthropologie du symbolique et permis d’envisager, par son comparatisme généralisé, que nos sociétés proches étaient justiciables de la même méthode ethnographique que les sociétés « exotiques » [19].

Bibliographie

Charuty Giordana,

1997, Folie, mariage et mort ; pratiques chrétiennes de la folie en Europe occidentale, Paris, Le Seuil. 

2010, « “Keeping your eyes wide open” : Arnold Van Gennep and the autonomy of the folkloristic » in Robert Parkin & Anne de Sales, Out of the Study and into the field. Ethnographic theory and practice in french anthropology, New York, Oxford, Berghahn Books, p. 25-44.

2017, « Horizons de Daniel Fabre », La Ricerca folklorica, n° 72, pp. 269-286

Desideri Lucie,

2003, « Alphabets initiatiques », Ethnologie française, XXXIII (4), p. 673-682.

Fabre-Vassas Claudine,

1994, La bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, Gallimard.

Fabre Daniel,

1969, Jean de l’Ours : analyse formelle et thématique d’un conte populaire, Carcassonne, Éd. de la revue Folklore.

1979-1980, « Nouvelles approches en ethnologie des sociétés européennes : les pratiques symboliques » in La recherche en sciences humaines, humanités, Paris, Éd. du CNRS, p. 69-74.

1980, « Passeuse aux gués du destin », Critique, novembre, 402, p. 1075-1099.

1986a, « Familles : le privé contre la coutume », in Philippe Ariès & Roger Chartier (dir.), Histoire de la vie privée, vol. 3, Paris, le Seuil, p. 545-579.

1986b, « L’ethnologue et ses sources », Terrain, 7, p. 3-12.

1991, « Hommage à Yvonne Verdier », Ethnologie française, 21 (4), p. 357-359.

1992a, Carnaval ou La fête à l’envers, Paris, Gallimard (coll. « Découvertes »), 1992.

1992b, « Le Manuel de folklore français d’Arnold Van Gennep », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. III, Les France, vol.2, Traditions, Paris, Gallimard, p. 641-675.

1996, « L’ethnologue et les nations », in Daniel Fabre (dir.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, Mission du Patrimoine ethnologique, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 99-120.

2009, « “C’est de l’art !” Le peuple, le primitif, l’enfant », Gradhiva, 9 (« Arts de l’enfance, enfances de l’art »), p. 5-37.

Fabre Daniel & Jacques Lacroix,

1973-1975, La tradition orale du conte occitan : les Pyrénées audoises, Paris, PUF, 2 vol.

Fabre Daniel & Charles Camberoque (photographies),

1977, La Fête en Languedoc : regards sur le carnaval aujourd’hui, Toulouse, Privat.

Fabre Daniel & Bernard Traimond,

1981, « Le charivari gascon contemporain : un enjeu politique », in Jacques Le Goff & Jean-Claude Schmitt (dir.), Le Charivari, Paris, Éd. de l’Ehess, p. 23-32.

Fabre-Vassas Claudine & Daniel Fabre,

1987, « L’ethnologie du symbolique en France » in Isac Chiva & Utz Jeggle (dir.), Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, Mission du Patrimoine ethnologique, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 124-149.

Fine Agnès,

1994, Parrains, Marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard.

Fine Agnès,

2016, « Daniel Fabre (1947-2016). “L’invisible initiation” en Europe, une recherche pionnière », Clio, 44.




[1D. Fabre, 1980, à propos d’Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979.

Cette note reprend des éléments de mon introduction, « Arnold Van Gennep, passeur aux gués de l’ethnographie », dans Daniel Fabre et Christine Laurière (dir.), Arnold Van Gennep. Du folklore à l’ethnographie, Paris, Ed. du CTHS, 2018, pp. 5-16.

[2D. Fabre, 1991, p. 359.

[3D. Fabre, 1980, p. 1078 pour les deux citations. Pour être plus précis, Yvonne Verdier introduit « une triple conversion du regard : elle découvre à la fois le point de vue proprement féminin de ces rites et des marges qui les séparent, les passeuses spécialisées qui aident, hors du strict contrôle des institutions dominantes, au bon ordre des cérémonies, les réseaux de correspondances qui unissent les discours et les gestes, les symboles et les techniques, le destin du corps, le calendrier de la production, le cours de la nature et certains mouvements cosmiques. Alors le rite de passage n’est plus un banal outil classificateur, […] il introduit à la totalité d’une pratique et d’une pensée, à leur exercice quotidien, ordinaire. » (p. 1077).

[4Ibid., p. 1076.

[5Ibid., p. 1099.

[6Voir sur Canal-U sa conférence prononcée en février 2015 sur « L’invisible initiation : devenir filles et garçons dans les sociétés rurales de l’Europe », ( https://www.canal-u.tv/video/campus_condorcet_paris_aubervilliers/ l_invisible_initiation_devenir_filles_et_garcons_dans_les_societes_rurales_d_europe.17599.

[7Pour un rapprochement des travaux d’Yvonne Verdier et Daniel Fabre sur la question des rites de passage, prolongée par sa propre recherche, voir L. Desideri, 2003.

[8Dans un hommage publié dans la revue Clio, Agnès Fine (2016) revient sur cette importante « recherche pionnière » et liste ces publications qui auraient dû être couronnées par trois ouvrages dont Daniel Fabre avait exposé le contenu au cours des séances de son séminaire à l’EHESS. Je remercie Agnès Fine de m’avoir communiqué ce texte.

[9Présentation de Daniel Fabre par lui-même sur le site du laboratoire qu’il avait fondé, le Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (Lahic) : http://www.iiac.cnrs.fr/article571.html . Cité in A. Fine, 2016.

[10Soulignant l’enrichissement de la perspective grâce au structuralisme et à son décodage sémantique, Giordana Charuty évoque le renouvellement d’analyse effectué par Yvonne Verdier à partir des données rapportées par Van Gennep sur les rites liés au mariage dans son Manuel de folklore français, comme la rôtie (G. Charuty, 2010, p. 39-40).

[11D. Fabre, 1969.

[12D. Fabre & J. Lacroix, 1973-1975, vol.1, p. 13 pour toutes les citations. « Notre intérêt [rappellent les deux auteurs] pour cette portion des biens symboliques que l’on nomme littérature orale, remonte à 1966. C’est à cette époque, en effet, que, dans le courant du progrès de la conscience occitane, nous avons cessé d’entériner les constats pessimistes, cités plus haut [dont celui de Van Gennep sur les Hautes-Alpes], auxquels la science ethnologique officielle ne cessait de se fier aveuglément. » (p.14)

[13D. Fabre & Ch. Camberoque (photographies), 1977 ; D. Fabre, 1992a.

[14D. Fabre & B. Traimond, 1981 ; D. Fabre, 1986a.

[15Je fais ici référence à un article essentiel pour les études vangennepiennes : D. Fabre, 1992b.

[16D. Fabre, 1996.

[17D. Fabre, 2009.

[18Outre les travaux de Daniel Fabre, Giordana Charuty cite son ouvrage Folie, mariage et mort ; pratiques chrétiennes de la folie en Europe occidentale, 1997 ; Cl. Fabre-Vassas, La bête singulière. Les juifs, les chrétiens et le cochon, 1994 ; A. Fine, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, 1994.

[19G. Charuty, 2010, p. 39 et 42. Voir également Cl. Fabre-Vassas & D. Fabre, 1987 ; D. Fabre, 1979-1980 ; 1986b.