« Écrire pour la culture. Pourquoi il ne faut pas abandonner une notion qui a fait ses preuves »

Christoph Brumann

2020

Référence complète

Brumann, Christoph, 2020. « Écrire pour la culture. Pourquoi il ne faut pas abandonner une notion qui a fait ses preuves », in Guillaume Rozenberg (textes réunis et présentés par), La culture en débat, l’anthropologie en question, Les Carnets de Bérose n° 13, Paris, Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, pp. 151-184.

Pendant longtemps, le fait de définir l’anthropologie culturelle/sociale comme l’étude de la dimension culturelle de l’humain aurait suscité peu d’objections parmi les pratiquants de la discipline. Or à présent la place de la culture dans cette définition est beaucoup plus incertaine. Au cours de la dernière décennie environ s’est développée ce que Sahlins désigne comme « l’idée à la mode selon laquelle rien n’est utilement appelé “une culture” » (1994 : 386), tandis qu’une auteur reconnue va jusqu’à recommander d’« écrire contre la culture » (Abu-Lughod 1991), fournissant ainsi un étendard, selon la remarque de Fernandez, à un large « mouvement d’"écriture contre la culture" » (1994 : 161). Bien que le scepticisme à l’égard de la notion de culture tire ses origines de la pensée déconstructionniste et poststructuraliste, les anthropologues qui le professent relèvent de positionnements théoriques d’une étonnante diversité, (...)

Accéder à la ressource

Découvrir le Carnet : La culture en débat, l’anthropologie en question - Url