Réflexions sur la décadence de la Société d’anthropologie de Paris

Jean‑Claude Wartelle

2015

Référence complète

Wartelle, Jean-Claude, 2015. « Réflexions sur la décadence de la Société d’anthropologie de Paris », in Christine Laurière (dir.), 1913. La recomposition de la science de l’Homme, Les Carnets de Bérose n°7, Paris, Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, pp. 132-142.

Fondée en 1859 par le chirurgien et savant Paul Broca, la Société d’anthropologie de Paris (SAP), première société savante du monde à inclure le terme anthropologie dans son intitulé, connut son apogée de 1880 à 1885 après un glorieux succès à l’exposition internationale de Paris de 1878. Elle comptait 757 membres en 1885 dont 489 titulaires ; les 268 autres membres, auxiliaires, se répartissaient en membres associés et correspondants. Les effectifs de la Société déclinèrent à partir de 1886 en raison de démissions successives et d’un tarissement du recrutement. La création de la Société des traditions populaires en 1885 puis celle de la Société préhistorique française en 1904, dont les objectifs respectifs recouvraient des champs d’investigation essentiels de la SAP, contribuèrent à aggraver la situation. Le déclin de la SAP fut officiellement reconnu (...)

Accéder à la ressource

Découvrir le Carnet : 1913, la recomposition de la science de l’Homme - Url