Une anthropologie au service de la réforme coloniale. Jean Guiart et l’Union française dans le Pacifique (1947-1957)

Benoît Trépied

CNRS, IRIS

Eric Wittersheim

EHESS, IRIS

2019

Référence complète

Trépied, Benoît & Eric Wittersheim, 2019. « Une anthropologie au service de la réforme coloniale. Jean Guiart et l’Union française dans le Pacifique (1947-1957) », in Christine Laurière & André Mary (dir.), Ethnologues en situations coloniales, Les Carnets de Bérose n° 11, Paris, Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, pp. 259-289.

Inconnu du grand public, Jean Guiart constitue pourtant une figure-clé du milieu ethnologique français des années 1950 à 1980. Recruté au lendemain de la guerre par l’Office de recherche scientifique d’outre-mer (ORSOM), ce spécialiste de la Nouvelle-Calédonie et des Nouvelles-Hébrides (l’actuel Vanuatu) occupe dès 1957 la chaire « Religions de l’Océanie » à l’École pratique des hautes études (EPHE), puis celle d’ethnologie générale à la Sorbonne à partir de 1968. En 1973, il est nommé professeur d’ethnologie au Muséum national d’histoire naturelle et directeur du laboratoire d’ethnologie du Musée de l’Homme, poste qu’il conserve jusqu’à sa retraite en 1992. Sur le plan scientifique cependant, l’œuvre de Guiart, malgré sa profusion, n’a pas laissé une trace très profonde dans le monde académique français (...)


Télécharger en pdf
PDF - 4.8 Mo


Benoît Trépied et Éric Wittersheim, 2019. « Une anthropologie au service de la réforme coloniale. Jean Guiart et l’Union française dans le Pacifique (1947-1957) »

Accéder à la ressource

Découvrir le Carnet : Ethnologues en situations coloniales - Url