Morin, Eugène (1814-1876)

  • Autres formes du nom :
    — Morin, Edmond
    — Morin, Eugène Alexis
  • Autres formes du nom :
    — Morin, Edmond
    — Morin, Eugène Alexis

Eugène Morin est né à Antibes d’un père d’origine bretonne. Élève à l’École normale supérieure en 1833, agrégé en 1836, il enseigne à Cahors, à Toulouse, puis au collège Saint-Stanislas à Paris avant d’être nommé à la Faculté des lettres de Rennes, d’abord comme suppléant (1849), puis comme titulaire (1851), poste qu’il occupera jusqu’à sa retraite en 1875. Il a publié de nombreux articles dans le Bulletin de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine dont il est membre à partir de 1857. Prenant partie, comme Eugène Halléguen pour les romanistes contre les bretonistes (La Borderie, la Villemarqué, etc.), il publie dans la Revue des sociétés savantes et la Revue archéologique. En juin 1870, il adhère à la pétition pour les langues provinciales de Gaidoz, de Gaulle et de Charencey et, en 1872, préside la section histoire du congrès des provinces, à Saint-Brieuc, où est débattue la question de l’authenticité des chants du Barzaz-Breiz de la Villemarqué. Il est mort à Rennes en 1876.

Auteur : F. Postic - MAJ : janvier 2016.


Sources


— René Kerviler, Répertoire de bio-bibliographie bretonne, tome X, p. 678-683.