Le Men, René-François (1824-1880)

Né le 26 août 1824, Fils d’un horloger de Penhars, près de Quimper, René François Laurent Le Men fait des études à Quimper, puis à Rennes (rhétorique et philosophie). Il suit des cours de médecine à Brest, mais également des enseignements de botanique et de langues vivantes. Professeur d’anglais au collège de Quimper, il est nommé archiviste départemental en décembre 1851, poste pour lequel avait tardivement candidaté d’Arbois de Jubainville. Il devient, en 1862, le conservateur du musée archéologique de Quimper dont il contribuera à enrichir les collections d’objets, de costumes, de mobilier.
Il est, à partir de 1867, l’un des principaux contradicteurs de La Villemarqué dans ce qu’il est convenu d’appeler « la querelle du Barzaz-Breiz » qu’il ouvre par une note virulente en introduction à la réédition du Catholicon - un dictionnaire latin-breton de 1499 - parue en octobre 1867, à la veille du Congrès celtique international de Saint-Brieuc. À partir de 1873, il cherchera à se réconcilier avec La Villemarqué, faisant porter à Luzel toute la responsabilité de la controverse.
Il est, par ailleurs, membre de la Société Archéologique du Finistère dont il sera le secrétaire, membre de l’Association Bretonne, membre correspondant CTH à partir de 1858, correspondant du Ministère de l’Instruction publique pour les monuments historiques, membre de la Commission de topographie des Gaules, associé correspondant de la Société des Antiquaires de France, membre honoraire de l’Institut royal d’archéologie de Grande-Bretagne, membre de la Société des Antiquaires d’Écosse. Il meurt à Quimper en 1880.

Auteur : F. Postic - MAJ : janvier 2016.


Sources


— Sur la querelle du Barzaz-Breiz, voir Fañch Postic, « François-Marie Luzel. Biographie », BÉROSE, encyclopédie en ligne sur l’histoire des savoirs ethnographiques, Paris, Lahic, IIAC/UMR 8177, 2008.


- Accéder au dossier BÉROSE « René-François Le Men et Théodore Hersart de La Villemarqué. Correspondance »