La Landelle, Gabriel de (1812-1886)

  • Autres formes du nom :
    — La Landelle, Guillaume Joseph Gabriel de
  • Autres formes du nom :
    — La Landelle, Guillaume Joseph Gabriel de

Gabriel de la Landelle, né à Montpellier en 1812, d’un père d’origine brestoise, entre dans la marine en 1828. Il navigue et devient en 1833 lieutenant de frégate, poste dont il démissionne pour raison de santé en 1839. Il vient alors s’installer à Paris, prend la place de Pol de Courcy dans la mansarde d’Alfred et Henri de Courcy, et travaille un temps lui aussi à la Compagnie des Assurances générales dirigées par Auguste de Gourcuff. Il engage dès lors une carrière d’écrivain, se charge du chapitre sur les gens de mer dans la collection "Les Français peints par eux-mêmes", collabore à différents journaux et revues, se fait une spécialité du roman maritime, genre dont, avec Edouard Corbière, il est considéré comme l’un des pères, comme pour les chants de marin. Il est aussi l’un des promoteurs de l’aviation en France, et serait même à l’origine du mot lui-même en 1863 année où, avec le photographe Nadar et Ponton d’Amécourt, il créée la Société d’encouragement pour la locomotion aérienne au moyen d’appareils plus lourds que l’air, qui compta parmi ses membres un certain Jules Verne. On lui doit aussi un prototype d’hélicoptère. Il fut aussi un ami proche de La Villemarqué. Il meurt à Paris en 1886.

Auteur : F. Postic - MAJ : janvier 2016.


Sources


— Thierry Le Roy, Les Bretons et l’aéronautique des origines à 1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.
— Charles-Yves Peslin, « Le Premier Apôtre de l’aviation, Gabriel de la Landelle », Nouvelle Revue de Bretagne, n° 4, juillet-août 1948.