"Eugène Rolland et son oeuvre littéraire"

par Henri Gaidoz

1912

Référence complète

Henri Gaidoz, 1912. "Eugène Rolland et son oeuvre littéraire", Mélusine, tome XI, Paris, p. 418-440.

Mots-clés

Histoire du folklore | Sociabilité savante | Polémiques et controverses | Dernier quart du XIXe | Premier quart du XXe

"J’avais un camarade...". Ce texte étonnant est un long article nécrologique écrit par Henri Gaidoz, trois ans après la mort d’Eugène Rolland, dans Mélusine, la revue qu’ils avaient fondée ensemble. Jugeant que le rôle de son ami dans le développement des recherches sur les arts et traditions populaires à partir des années 1880 n’était pas reconnu à sa juste valeur, Henri Gaidoz entreprend de lui rendre ici une justice posthume. Il est vrai que Rolland, l’initiateur en 1882 de l’Almanach des Traditions populaires et des Dîners de Ma Mère l’Oye était aussi un savant discret, peut-être plus soucieux de son oeuvre que des tâches inhérentes à l’organisation d’une sociabilité érudite. Sébillot s’en chargea, et en tira les bénéfices inhérents à la posture du chef de rang. Henri Gaidoz s’en prend ici violemment à lui, le qualifiant d’Amerigo Vespucci du folklore. Sébillot lui répondra en 1913 dans La Revue des Traditions Populaires.

Pour accéder à la ressource

"Eugène Rolland et son oeuvre littéraire" - Pdf

Origine/Localisation de la ressource

Bérose