> Les Carnets de Bérose 

Ethnologues en situations coloniales

Christine LAURIÈRE et André MARY

Les Carnets de Bérose, n° 11, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2019

Centré sur l’ethnologie française des années 1930-1960, enrichi de deux articles consacrés à Jomo Kenyatta et James Mooney, ce Carnet de Bérose revient sur la question, aujourd’hui encore brûlante, des relations entre anthropologie et colonialisme. Ce qui fut l’un des enjeux majeurs de l’histoire des sciences humaines et sociales au vingtième siècle le demeure au vingt-et-unième. À partir d’une série d’essais biographiques mettant la focale sur l’ethnologue engagé dans un terrain colonial précis et daté, un tel ouvrage souhaite combler une attente au sein du monde éditorial francophone. Nous renouons ainsi avec les questions posées par Leiris à sa communauté professionnelle en 1950 : comment les ethnologues assument-ils leur implication dans le système colonial ? Comment s’articulent l’expérience ethnographique et les responsabilités de l’anthropologue vis-à-vis du colonialisme ? Pour cette génération d’anthropologues qui ont partagé l’expérience d’un même monde en rupture, en résistance et en mouvement, confrontés aux guerres coloniales, à leurs propres désenchantements et ambivalences, l’aventure de l’ethnologie fait place rapidement à une ethnologie « pratique », impliquée et appliquée, qui met au défi leur positionnement savant et politique. Michel Leiris, Georges Balandier, Charles Le Cœur, Jacques Berque, Jacques Soustelle, Pierre Bourdieu, Paul Mus, Georges Condominas, Maurice Leenhardt, Jean Guiart, Paul Hazoumé, Fily Dabo Sissoko, ou encore Jomo Kenyatta et James Mooney : autant d’ethnologues apprentis aux prises avec une pluralité de situations coloniales à chaque fois singulières obligeant à nuancer la vision parfois monolithique du rapport savoir/pouvoir.

Cet ouvrage est le onzième volume des Carnets de Bérose, une collection éditée électroniquement par le Lahic et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture).

Focusing on the French ethnology of the 1930s-1960s and enriched by two articles devoted to Jomo Kenyatta and James Mooney, this Carnet de Bérose revisits the still burning question of the relationship between anthropology and colonialism. What was one of the major issues in the history of the humanities and social sciences in the twentieth century remains so in the twenty-first century. This book is based on a series of biographical essays focusing on the ethnologist engaged in a specific and dated colonial field, and aims to meet an expectation within the French-speaking editorial world. Thus, we return to the questions Michel Leiris asked his professional community in 1950 : how do ethnologists assume their involvement in the colonial system ? How are ethnographic experience and the responsibilities of the anthropologist with regard to colonialism interconnected ? For this generation of anthropologists who have shared the experience of a world in rupture, resistance and movement, confronted with colonial wars, their own disenchantment and ambivalence, the adventure of ethnology is quickly giving way to "practical" ethnology, involved and applied, which challenges their scientific and political positioning. Michel Leiris, Georges Balandier, Charles Le Coeur, Jacques Berque, Jacques Soustelle, Pierre Bourdieu, Paul Mus, Georges Condominas, Maurice Leenhardt, Jean Guiart, Paul Hazoumé, Fily Dabo Sissoko, Jomo Kenyatta and James Mooney : so many apprentice ethnologists struggling with a plurality of colonial situations each with its own singularity, requiring us to nuance the sometimes monolithic vision of the knowledge/power relationship.

This book is the eleventh volume of the Carnets de Bérose, a collection of e-books published by the Lahic and the Department for piloting research and scientific policies of the General Directorate for Heritage (French Ministry of Culture).


Christine LAURIÈRE, chargée de recherche au CNRS (IIAC-LAHIC), est codirectrice de Bérose, encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie.
André MARY est directeur de recherche émérite au CNRS et membre de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain.

Christine LAURIÈRE, researcher at the CNRS (IIAC-LAHIC), is co-director of Bérose, international encyclopedia of the histories of anthropology.
André MARY is Director of Research Emeritus at the CNRS and a member of the Interdisciplinary Institute of Contemporary Anthropology.