« Du musée au terrain : vie, œuvre et ethnographie intimiste de Thérèse Rivière »

par Michèle Coquet

2019

télécharger en pdf
Pour citer cet article

Coquet, Michèle, 2019. « Du musée au terrain : vie, œuvre et ethnographie intimiste de Thérèse Rivière » in Bérose - Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, Paris, IIAC-LAHIC, UMR 8177.

Thérèse Rivière (Paris 1901-Plouguernével 1970) appartient à la première génération française de jeunes gens formés à l’ethnologie qui participèrent par leur engagement à sa reconnaissance en tant que discipline scientifique et académique. Ce processus eut, entre autres cadres, celui du Musée d’Ethnographie du Trocadéro, puis, après sa démolition, celui du musée de l’Homme qui ouvrit ses portes en juin 1938. C’est en ces deux lieux que se déroula la courte carrière de Thérèse Rivière. En 1928, le Trocadéro est rattaché au Muséum d’histoire naturelle grâce à Paul Rivet, alors titulaire de sa chaire d’anthropologie, qui prend dans la foulée la direction du musée. La même année, la jeune femme intègre l’équipe du Trocadéro afin de seconder son frère Georges Henri, sous-directeur depuis l’été 1928, qui assiste P. Rivet dans la réorganisation de cette institution [1]. Elle a 27 ans. Thérèse Rivière collaborera alors pleinement à la transformation du vieux Musée d’ethnographie du Trocadéro en une institution moderne, le musée de l’Homme, pour lequel elle travaillera jusqu’en 1945. « La vie des Rivière […] a été consacrée au Musée d’ethnographie du Trocadéro » écrira-t-elle en 1945 à une amie.

Si l’on connaît bien Georges Henri Rivière, ami des artistes et des surréalistes, à l’entregent important et aux talents multiples, concepteur puis directeur du Musée national des arts et des traditions populaires, fondateur de la Société d’ethnologie française, et initiateur de nombreux programmes d’enquêtes menées dans les campagnes, qui a introduit plus tard en France la notion d’ « écomusée », il en va différemment pour sa sœur, muséographe minutieuse qui s’engagea corps et âme dans l’ethnographie de terrain, loin de la vie mondaine et de la France.

Thérèse Rivière naît à Paris en 1901 dans une famille bourgeoise du côté paternel. Lorsqu’elle entre au musée en septembre 1928, elle vit rue Lepic avec sa mère, Marguerite Dacheux. Celle-ci, paysanne picarde montée à Paris en quête de travail, n’a pas de fortune. Toute jeune, elle trouve à se placer comme employée de maison chez sa future belle-mère. C’est là que le fils cadet de celle-ci la rencontre puis l’épouse. Jules Rivière, père de Thérèse, fonctionnaire, sous-directeur du Service des promenades et plantations de la Ville de Paris, créé en 1850 à l’instigation de Napoléon III et du baron Haussmann, meurt prématurément en 1912. Par sa naissance cependant, M. Dacheux permit à ses enfants, Georges et Thérèse, qui grandissent à Paris sur les flancs de la colline montmartroise, de se familiariser avec la vie et les mœurs de la Somme paysanne de ce début du XXe siècle. Georges Henri Rivière évoqua cette initiation, qu’il partagea avec sa sœur, et qui fut au fondement, pour l’un, comme pour l’autre, de leur commune passion pour les cultures populaires et rurales : « Ma première formation, c’est celle que j’ai reçue près de ma mère, la cul-terreuse comme moi (enfin, à moitié !) dans la petite ferme familiale aux confins du Beauvaisis, de la Picardie et du plateau de Santerre. C‘est ce que j’ai entendu des charretiers quand ils me conduisaient par les champs et les pâturages, me montraient les plantes et m’expliquaient le paysage », écrivit-il plus tard (Leroux-Dhuys, 1989 : 12).

Après avoir obtenu un brevet d’enseignement primaire supérieur, Thérèse Rivière travaille quelque temps comme dessinatrice industrielle chez Michelin. Elle suit ensuite des cours de préhistoire à l’École du Louvre et à l’Institut de paléontologie humaine, puis de sciences religieuses à l’École pratique des hautes études. Entre 1930 et 1931, elle fréquente l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris, créé en 1925 par Paul Rivet, Lucien Lévy-Bruhl et Marcel Mauss, auprès duquel elle s’initie à l’ethnologie. Elle en sort diplômée en 1931. Après avoir rejoint son frère Georges Henri au Musée d’ethnographie du Trocadéro, en tant qu’aide-technique puis comme assistante, elle devient rapidement titulaire de l’un des quatre postes rétribués par le Muséum d’histoire naturelle ; forte de son expérience chez Michelin, elle donne au musée ses premières assises logistiques en inaugurant un système d’archivage des données, rédigées en plusieurs exemplaires, et suivant un classement thématique, par date, par matière, ou encore par département. Elle forme également le personnel. Elle met sur pied la photothèque, enregistre les collections, et acquiert par ce contact permanent une solide connaissance des objets. Elle procède à l’installation des vitrines et participe à la réalisation d’expositions.

En 1933, Paul Rivet allège ses responsabilités pour qu’elle se consacre entièrement au monde arabo-berbère. Le Musée d’ethnographie du Trocadéro ayant été organisé en départements, Th. Rivière est alors chargée du département « Afrique blanche et Levant », le 1er juillet. Elle en est la seule responsable, alors que l’Afrique noire compte une équipe de quatre permanents, et non des moindres : Marcel Griaule (dans un premier temps), Michel Leiris, Deborah Lifchitz et Denise Paulme. La même année, elle contribue activement à la réalisation de l’exposition sur le Sahara. Elle s’engage pleinement dans la pratique et la réflexion muséographiques, apprend à découvrir l’Afrique du Nord par ses objets avant de s’initier à l’ethnographie de terrain.

En 1934, l’Institut international des langues et civilisations africaines (International Institute of African Languages and Cultures, puis International African Institute) dont le siège est à Londres, projette une mission dans l’Aurès, conçue comme une « enquête ample à la fois sociologique et ethnologique sur l’Aurès et ses habitants dans le but d’apporter une contribution efficace aux méthodes de colonisation ; la connaissance des usages, croyances, lois et techniques des possessions indigènes rendant possible avec ces dernières une collaboration plus féconde et plus humaine, et conduisant à une exploitation plus rationnelle des richesses naturelles… » (Colonna, 1987 : 130) Compte tenu de sa fonction au musée et des connaissances qu’elle y a acquises sur la culture matérielle des sociétés d’Afrique du Nord, Thérèse Rivière est choisie par les trois directeurs de l’Institut pour être chef de mission. Dans un deuxième temps, Marcel Mauss recommande une de ses étudiantes, Germaine Tillion, pour l’accompagner. Elles n’ont ni l’une ni l’autre d’expérience ethnographique ; elles ne parlent ni arabe, ni berbère. Ce sont les cours de Mauss qui leur servent de viatique [2]. Les deux jeunes femmes partent pour l’Algérie le 19 décembre 1934. Initialement prévue pour durer un an, cette mission sera prolongée d’une année supplémentaire et elles ne rentreront à Paris qu’au début de l’année 1937. Thérèse Rivière repartira deux mois en 1937-1938 (dans le cadre d’une mission du musée de l’Homme). À l’été 1939, elle reste trois mois dans l’Aurès et séjourne en Kabylie, puis revient une dernière fois de septembre 1946 à juillet 1947.

La mission dans l’Aurès

Thérèse Rivière et Germaine Tillion arrivent le 11 janvier 1935 à Arris, un bourg élu par l’administration française pour être la capitale de l’immense province de l’Aurès. Les deux jeunes femmes s’installent premièrement à Menaa à l’ouest d’Arris, puis, en avril 1935, partent chez les Chaouïa, éleveurs et agriculteurs semi-nomades du versant saharien du massif de l’Ahmar Khaddou, dans le douar Tadjemout, l’un des plus pauvres du massif ; elles s’installent d’abord chez les Beni Melkem, puis en juin, chez leurs voisins occidentaux, les Ath Abderrahman Kébèche. Le séjour chez les Ath Abderrahman, le plus long, se prolonge durant l’année 1936 ; elles y mènent leurs enquêtes conjointement et séparément. Elles se rendent également, chacune de leur côté, chez d’autres populations chaouïa. Thérèse Rivière quitte les Ath Abderrahman en août 1936 pour se rendre auprès des Ath Nawcer de l’oasis de palmiers dattiers d’Amentane, dans la vallée de l’oued Abdi, sur la pente septentrionale du massif de l’Ahmar Khaddou, vallée parallèle à la précédente et que traverse la piste joignant les villes de Biskra et Batna.

La tâche dont Paul Rivet et Georges Henri Rivière les ont chargées est impressionnante puisqu’il s’agit de mener non seulement une enquête ethnographique sur l’organisation sociale, les croyances, l’architecture et les techniques des Aurésiens, mais aussi des études d’anthropologie physique, des fouilles archéologiques, réunir plantes et insectes et procéder à la collecte d’un ensemble représentatif d’artefacts, accompagnés chacun d’une fiche descriptive détaillée. Germaine Tillion décrit avec humour dans Il était une fois l’ethnographie l’important bagage qu’elles durent transporter avec elles pour remplir ces différents objectifs :

« Ambitionnant l’une et l’autre de faire le plus de travail possible, nous avions mitonné de conserve un programme assez écrasant pour décourager plusieurs équipes de chercheurs acharnés, et nous emportions le matériel correspondant : une trousse de naturaliste permettant d’empailler des oiseaux et de petits mammifères, de conserver des insectes, de sécher des plantes ; celle d’un anthropologue avec dynamomètre, échelle de Martin pour les yeux, une autre échelle pour les cheveux et les peaux, un Pachon pour les pressions artérielles (sans oublier les plaquettes des groupes sanguins) ; un attirail d’arpenteur-géomètre ; un autre pour faire des tests (dessins, jeux de patience) ; un appareil de prises de vues avec accessoires : pied, pose-mètre, rouleaux de pellicule, une petite chambre noire pour développer des bouts de films de contrôle. J’en passe… Mais je dois quand même une mention spéciale à l’appareil d’enregistrement du son, extrêmement volumineux et fragile que pour cette raison il fallait protéger avec une caisse bardée d’amortisseurs en caoutchouc. Avec sa caisse il devait peser une soixantaine de kilos » (Tillion 2000 : 20).

Le matériel de campement et l’équipement scientifique, ajoute-t-elle, représentent la charge d’une douzaine de bêtes. Le départ de Thérèse Rivière et Germaine Tillion pour l’Aurès eut lieu une année après le retour de la très spectaculaire et médiatique mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti (1931-1933) dirigée par Marcel Griaule. Comparée à cette dernière, la mission dans l’Aurès apparaît bien plus modeste dans ses moyens et ses intentions. Elle ne comprend que deux personnes, deux jeunes femmes de surcroît, et intéresse un territoire beaucoup moins étendu que ceux que traversèrent et explorèrent les membres de la mission Dakar-Djibouti. Ce fut cependant la première mission ethnographique dans cette région, une mission longue (deux années pleines) et, toutes proportions gardées eu égard aux moyens financiers et logistiques engagés, comparable à la mission Dakar-Djibouti quant à certains de ses objectifs, en particulier quantitatifs.

Thérèse Rivière et Germaine Tillion se plièrent en effet à la règle imposée par les exigences de la muséographie et des sciences naturelles (ainsi que de l’anthropologie physique et de la linguistique) auxquelles l’ethnologie française demeurait encore étroitement rattachée. Les missions ethnographiques étaient alors conçues comme de vastes entreprises de collecte, afin de remplir les vitrines ou les réserves du musée en rapportant de multiples variétés de plantes, d’animaux, un nombre considérable d’objets ethnographiques et archéologiques. Thérèse Rivière ramènera environ 857 objets, auxquels s’ajouteront les 130 autres collectés par Germaine Tillion, environ 3 500 clichés, des rushes (qu’elle assemblera en un film), 54 enregistrements de chants sur rouleaux de cire avec leur transcription phonétique et leur traduction, un herbier de 85 plantes, du matériel de fouilles néolithique, un nombre considérable de dessins dans ses carnets de terrain et un merveilleux « album de dessins indigènes » (au nombre de 235) dont les auteurs étaient des enfants et des hommes chaouïa.

À l’issue de cette mission, Thérèse Rivière ne publiera sous son seul nom que trois articles. Son mémoire, dont le sujet « Aurès-Algérie – Les Rites agraires dans une tribu semi-nomade (Ouled Abderrhaman) et dans une tribu sédentaire (Nawser d’Amentane) » avait été déposé à la section Sciences religieuses de l’École pratique des hautes études, ne sera jamais rédigé. Trois autres publications seront écrites en collaboration avec son assistant et collaborateur sur le terrain, Jacques Faublée. Avec ce dernier, elle organisera, pour le musée de l’Homme, une exposition, L’Aurès (1943-1946), dont la conception intégra les principes muséographiques et ethnographiques que le jeune musée de l’Homme avait mis à l’honneur : dans une perspective résolument monographique, il ne s’agissait plus de montrer de belles pièces ou des pièces rares, mais des objets représentatifs de la société étudiée. Dix-neuf vitrines présentaient la société chaouïa, le terroir et ses habitants, les techniques (cuisine, poterie, agriculture, apiculture, vannerie, tissage, élevage, médecine), ses institutions (mariages et circoncisions), ses pratiques religieuses (islam et prophétisme). Des photographies de Thérèse Rivière (et quelques-unes de Jacques Faublée), dont beaucoup portent sur les gestes techniques, accompagnaient les objets. À l’automne 1945, elle acheva le montage de son film, L’Aurès, qui sera projeté dans la salle de cinéma du musée en décembre de la même année. Le catalogue de l’exposition fut rédigé par Jacques Faublée d’après les notes de Thérèse Rivière.

Thérèse Rivière, ethnographe, dessinatrice et photographe

L’essentiel de l’ethnographie de Thérèse Rivière ne réside pas tant dans ses quelques publications que dans les archives qu’elle a laissées : ses carnets de terrain (une vingtaine), ses dessins et ses photographies.

Afin de répondre aux exigences de l’ethnographie descriptive prônée par Mauss, Thérèse Rivière s’engagea dans la collecte des « archives matérielles » des Chaouïa. Collecte ne signifie pas seulement réunir le plus grand nombre d’artefacts possible. La définition de l’objet ethnographique telle qu’elle avait été posée par Paul Rivet et Georges Henri Rivière à la suite de Mauss, est celle de l’ « objet témoin », du « spécimen de civilisation », renseignant sur la technologie et la culture matérielle (la chasse, la pêche, l’agriculture, la forge, les jeux, etc.), les croyances et les rites, l’esthétique. Afin de rendre compte, de la manière la plus fidèle possible, de cette dimension de l’objet saisi sur le vif, Marcel Mauss proposait, dans une perspective de conservation idéale, de procéder à une description très détaillée des artefacts : chacun devait être accompagné d’une fiche donnant les renseignements sur l’usage et la fabrication, accompagnée d’une annexe photographique et cinématographique, d’un dessin explicitant son maniement, notant le type d’utilisateur, les moments de sa manipulation, les raisons, religieuses ou magiques, de son usage, la signification des décorations. Il insistait également sur la nécessité d’établir la morphologie et la cartographie de la société étudiée : tant de personnes, de familles, de villages, de greniers, lieux et espaces occupés…

Thérèse Rivière a non seulement collecté, classé, étiqueté et renseigné les objets qu’elle rapportait, mais aussi procédé à des relevés topographiques et hydrographiques, établi des plans des habitations et des jardins… Suivant les recommandations de Mauss, elle associa étroitement photographies et dessins : ceux-ci présentent des descriptions graphiques extrêmement minutieuses de métiers à tisser, de motifs tissés, de tatouages, des modes d’attache des mules, d’élévation de façades de greniers (guelaa), de canaux d’irrigation... La précision des transcriptions graphiques, l’attention portée au rendu exact des détails, que permettait la compétence acquise au cours de ses études secondaires où elle s’était formée au dessin industriel, répondaient au projet archivistique et pédagogique du musée. En dessinant, elle accédait aussi à la structure des choses et à la saisie intellectuelle des techniques de fabrication.

L’intérêt pour les techniques et leurs gestes, s’il fait partie des objectifs d’étude de la mission, vient aussi de plus loin, d’une sensibilité particulière à ces questions que lui légua son oncle paternel, Henri Rivière, dessinateur, graveur, peintre, photographe et collectionneur, spécialiste de la céramique d’Extrême-Orient, chinoise et japonaise, dont l’œuvre dessinée et photographique inspira sa pratique ethnographique. Edgar Degas chez qui amateurs d’objets d’art, collectionneurs et artistes se retrouvaient le dimanche, fut de ses amis. Passion des objets, sens de la collection, formation du regard, sont quelques-uns des enseignements qu’Henri Rivière transmit à sa nièce. Il défendait aussi l’idée selon laquelle la connaissance intime d’un art passait par sa pratique. Ainsi, la connaissance qu’il avait de la céramique orientale s’appuyait-elle également sur l’expérience acquise dans l’atelier d’un céramiste. Lors de son séjour chez les Chaouïa, Thérèse Rivière procéda de même, ce dont témoignent les lettres à son frère et celles de Germaine Tillion à ses proches. Elle apprend à filer, à tisser, à tresser, à danser, à cuisiner comme les Chaouïa [3]. « Je sais faire des sandales en alfa », écrit-elle, enthousiaste, à Georges Henri Rivière [4]. En reproduisant les gestes que ses hôtes accomplissent pour la réalisation de travaux quotidiens ou de pratiques ludiques, elle éprouve leurs savoir-faire, faisant ainsi l’expérience des affinités profondes d’esprit et de corps, que crée une pratique technique partagée.

Cette intimité tant physique qu’intellectuelle et affective de Thérèse Rivière avec les Chaouïa est très perceptible dans les photographies qu’elle réalisa avec son Leica, à la mise au point précise et rapide, qui lui permit de prendre de nombreuses scènes sur le vif. Elle suit là encore les conseils de Mauss qui recommandait à ses étudiants de saisir des « instantanés ». Marcel Griaule reprendra ensuite ce même point de vue sur l’image, à l’efficacité majorée par sa capacité à capturer le moment d’une réalité en cours : il recommandera à son tour à ses étudiants, d’« agir en reporter photographe ». Attentive au détail qui pouvait instruire son ethnographie – pieds enserrés dans des sandales en alfa, nus et poussiéreux, la peau du talon craquelée en été, enveloppés de tissus que prolongent des chevillières tricotées en hiver, corne placée à la fourche d’un abricotier contre le mauvais œil, ossements d’animaux protégeant les ruches, mains aux doigts déformés par les travaux du joueur de flûte, nœud de corde liant le timon de l’araire au harnachement des mulets, gestes de pesée, de tressage, de filage, de semailles…–, Thérèse Rivière photographie souvent au plus près son sujet. Mais ne manquent pas non plus les scènes de groupe où, lorsqu’il s’agit de travaux collectifs ou de fêtes par exemple, elle cherche toujours à rendre compte des différents moments qui les constituent, et, là encore, des gestes et des mouvements qui en émaillent le déroulement : épandage de fumier, partage de collation, libations, danseuses déployant les pans de leur robe, cercles de danseurs, enfants ou adultes pris par leurs jeux... Le travail photographique de Thérèse Rivière participa du projet de renouvellement du Musée d’ethnographie du Trocadéro où, à l’initiative de son frère se multiplièrent, entre 1933 et 1935, les expositions de photos, la photo étant devenue un médium considéré comme indispensable au développement de l’ethnologie. [5]

Le terrain comme expérience d’une dépossession de soi

Thérèse Rivière, parisienne et citadine, ignorante de la rudesse de la vie aurésienne, reçoit de plein fouet le choc d’une rencontre avec une culture vivante qu’elle ne connaît que de très loin par les quelques objets en provenance du Maghreb qu’elle a inventoriés et classés au musée. En partant dans l’Aurès, elle ne sait pas ce qui l’attend. C’est ce qu’on appelle, dans le jargon du métier, un « premier terrain », expression technique empreinte d’une neutralité de façade, dissimulant dans son cas une expérience bouleversante dont l’intensité n’aurait pas été sans effet sur l’aggravation des troubles dont elle fut ensuite victime. L’immense quantité de matériaux recueillis par elle au cours de la mission, accompagnés de commentaires abondants et minutieux, laisse entrevoir, comme imprimée en filigrane, la nature de son ethnographie : attentive, précise et rigoureuse, mais habitée par un désir sans doute peu raisonnable de tout embrasser et saisir par un labeur acharné de saisie de la réalité ethnographique sous toutes ses formes, l’écriture, le dessin, la photographie, le film, la collecte d’objets.

Il n’est pas excessif d’avancer que la mission dans l’Aurès n’eut pas seulement pour elle vocation à répondre à des exigences scientifiques, mais fut empreinte d’une dimension passionnelle où elle s’engagea corps et âme au service d’un musée auquel elle semblait avoir voué son existence. Thérèse Rivière s’est ensuite donnée à son terrain, comme elle s’était donnée au musée avant son départ. Elle le fit au prix d’un engagement affectif intense et de ce qu’il induit dans son cas, une forme de dépossession de soi que provoque la tentation d’un refus de sa propre différence avec l’autre. Ses lettres, ses photographies, ses carnets et journaux de terrain révèlent l’amitié qui la lie aux Chaouïa. Elle fut attentive à leurs émotions et à leurs sentiments auxquels elle répondit par les siens propres. Ainsi, dans le journal de l’année 1936, jour après jour, elle note : « On m’a dit qu’Henia m’aimait beaucoup et qu’elle a désiré avoir un enfant qui me ressemble […] Retrouvons avec le jeune frère d’Hocine, Ramsa qui a toujours aimé Hocine. Elle lui parle longuement, nous fait partir devant [6] ». Plus loin : « Passer avant le départ chez la mère de Aïcha […] Attendrissements. Je pars, elle m’embrasse de la part de sa fille. Sur le front, sur la bouche et sur le cœur. Elle pleure. N’a revu sa fille qu’une fois. [7] »

Elle trouva chez les Chaouïa la liberté d’action et de décision que lui conférait l’éloignement géographique de l’Aurès, loin de ses pairs et de ses tutelles, institutionnelle, masculine et fraternelle. Jacques Faublée évoqua au sujet de son retour à Paris en 1936 son sentiment de « déchirement ». Ce « déchirement » peut être rapporté à ce « mal du terrain », symptôme dans certains cas d’un dépaysement profond, suscité non pas par la séparation d’avec le pays natal, vers lequel le retour est toujours possible, puisqu’il est ce lieu intériorisé, à la fois réel et imaginé, que chacun peut rejoindre dès lors qu’il cherche à réélaborer le récit de son origine, mais d’avec une altérité dont l’extrême proximité enfin atteinte conduit à la compression de l’écart entre soi et l’autre et à un refus mortifère de sa propre différence.

Dans sa leçon inaugurale de la chaire d’anthropologie sociale prononcée au Collège de France, Claude Lévi-Strauss, évoquant l’expérience ethnographique, rappelait « l’humilité », la « servilité » de l’observation telle que la pratique l’anthropologue, qui, quittant son pays et son foyer pendant de longues périodes, s’expose souvent à la faim et à la maladie. En délaissant ses habitudes, ses croyances et ses convictions pour chercher à intégrer les formes de vie et de pensée d’une société étrangère, l’anthropologue pratique ce qu’il appelle « l’observation intégrale, celle après quoi il n’y a plus rien, sinon l’absorption définitive » (Lévi-Strauss 1973 : 25). Cette « absorption définitive » guettait Th. Rivière.

La disproportion entre l’énergie investie par Thérèse Rivière et Germaine Tillion dans l’accomplissement de leur mission, que traduit la grande quantité de données et de matériaux ethnographiques qu’elles rassemblèrent après deux années, et la maigreur des retombées scientifiques, eut pour double origine la guerre et la maladie. L’inauguration de l’exposition sur l’Aurès se fait sans Germaine Tillion. Arrêtée en août 1942 pour faits de résistance, elle est alors incarcérée à Fresnes. Elle sera ensuite déportée en octobre 1943, à Ravensbrück. Le traumatisme de la déportation et la perte de la plus grande part de ses données de terrain la porteront à abandonner ses recherches sur les Berbères de l’Aurès. Pour d’autres raisons, Thérèse Rivière ne pourra, elle non plus, mener à bien ses travaux. Fragile psychologiquement, ayant déjà été hospitalisée à plusieurs reprises, sa santé psychique se dégrade durant la guerre et elle sera définitivement internée à partir de la fin des années 1940 jusqu’en 1970, année de sa mort. Ses archives resteront un temps au musée. En 1952, son frère les confie à Joseph Tubiana, qui a pris sa succession à la tête du département « Afrique blanche et Levant ». Elles seront ensuite récupérées par Jacques Faublée qui les transportera à son domicile. Leur existence fut oubliée jusqu’en 2005, date du décès de ce dernier et de leur donation au musée du quai Branly.

Les archives de Thérèse Rivière révèlent la profondeur toute personnelle de l’attachement que la jeune femme vouait aux Chaouïa et à son terrain aurésien et les grandes qualités d’un travail qui ne put être apprécié, en son temps, à sa juste valeur, et dont la reconnaissance fut très tardive. Ce n’est en effet qu’en 1987 que fut publié pour la première fois un ouvrage évoquant les recherches de Thérèse Rivière, écrit par la sociologue et anthropologue Fanny Colonna, intitulé Aurès-Algérie, 1935-1936. Photographies de Thérèse Rivière. Elle a passé tant d’heures…, où parut une centaine de ses photographies. En 2018 était organisée au Pavillon populaire, à Montpellier, la première exposition de ces dernières, aux côtés de celles de Germaine Tillion, sous le titre Aurès, 1935. Photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion.

Bibliographie et filmographie de Thérèse Rivière

Rivière Thérèse, 1987 [1937]. « Coutumes agricoles de l’Aurès », Études et documents berbères, 3, p. 124-152.

Rivière Thérèse, 1938. « L’habitation chez les Ouled Abderrahman Chaouïa de l’Aurès », Africa, XI, 3, p. 294-311.

Rivière Thérèse, 1938. « La maison de l’Aurès », Algeria.

Rivière Thérèse, 1946. « L’Aurès », film 35m/m, durée : 29 mn 50, Centre national du cinéma, Archives françaises du film.

Rivière Thérèse & Jacques Faublée, 1942. « Les tatouages des Chaouia de l’Aurès », Journal de la Société des africanistes, 12, p. 69-80 (repris dans Études et documents berbères, 1989).

Rivière Thérèse & Jacques Faublée, 1943. « L’apiculture chez les Ouled Abderrahman, montagnards du versant sud de l’Aurès », Journal de la Société des africanistes, 13, p. 95-107.

Rivière Thérèse & Jacques Faublée, 1943. Catalogue des collections de l’Aurès, Paris, Musée de l’Homme.

Rivière Thérèse & Jacques Faublée, 1991-1992. « Dans le Sud de l’Aurès en 1935. Circoncisions, Mariages et ‘‘Hiji’’ chez les Ouled Abderrahman », Mélanges, Études et documents berbères, 8, p. 57-63.

Sources secondaires

Colonna Fanny, 1987. Aurès-Algérie, 1935-1936. Photographies de Thérèse Rivière. Elle a passé tant d’heures…, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Coquet Michèle, 2009. « L’“album de dessins indigènes”. Thérèse Rivière chez les Ath Abderrahman Kebèche de l’Aurès (Algérie) », Gradhiva, 9, p. 188-203.

Coquet Michèle, 2014. Un destin contrarié – La mission Rivière-Tillion dans l’Aurès (1935-1936), Les Carnets de Bérose, 6, Collection « Missions, enquêtes et terrains. Années 30 », LAHIC/DPRPS du Ministère de la Culture.
http://www.berose.fr/spip.php?article596

Coquet Michèle, 2019. L’Aurès de Thérèse Rivière et Germaine Tillion – Être ethnologue dans l’Algérie des années 1930, Lormont, Le bord de l’eau.

Faublée Jacques, 1988. « À propos de Thérèse Rivière (1901-1970) et de ses missions dans l’Aurès », Études et documents berbères, 4, p. 94-102.

Grognet, Fabrice et Lataillade, Mathilde de, 2004. « Des montagnes de l’Aurès à la colline de Chaillot, l’itinéraire de Thérèse Rivière », Outre-mers, tome 91, n° 344-345, p. 141-156.
https://doi.org/10.3406/outre.2004.4116

Hirsch, Thomas, 2017, « “I’m the whole show”. Marcel Mauss professeur à l’Institut d’ethnologie », in Delpuech André, Christine Laurière et Carine Peltier-Caroff (dir.), Les années folles de l’ethnographie, Trocadéro 28-37, Paris, Publications scientifiques du MNHN, coll. Archives, p. 341-403.

Lemaire, Marianne, 2017, « Le monde mis en ondes, les radio-conférences du Musée d’ethnographie du Trocadéro et du Musée de l’Homme (1935-1939) », », in Delpuech André, Christine Laurière et Carine Peltier-Caroff (dir.), Les années folles de l’ethnographie, Trocadéro 28-37, Paris, Publications scientifiques du MNHN, coll. Archives, p. 777-829.

Leroux-Dhuys Jean-François, 1989. « Georges Henri Rivière, un homme dans le siècle », La muséologie selon Georges Henri Rivière - Cours de muséologie, textes et témoignages, Paris, Dunod.

Lévi-Strauss, Claude, 1973. Anthropologie structurale deux, Paris, Plon.

Mauuarin, Anaïs, 2017, « La photographie multiple, collections et circulation des images au Trocadéro », in Delpuech André, Christine Laurière et Carine Peltier-Caroff (dir.), Les années folles de l’ethnographie, Trocadéro 28-37, Paris, Publications scientifiques du MNHN, coll. Archives, p. 701-729.

Phéline, Christian, 2018. Aurès, 1935. Photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion, Paris, Hazan.

Tillion Germaine, 2000. Il était une fois l’ethnographie, Paris, Seuil.




Notes

[1Voir à ce sujet Delpuech, Laurière & Peltier-Caroff (2017).

[2Voir à ce sujet l’article de Thomas Hirsch (2017).

[3Lettre du 24 mars 1935 de Germaine Tillion à Paul Rivet. Archives privées.

[4Lettre du 17 février 1935. Archives privées.

[5Voir à ce sujet l’article d’Anaïs Mauuarin (2017).

[6Lundi 3 août 1936. Journal de terrain de l’année 1936, archives privées.

[7Mardi 4 août 1936. Journal de terrain de l’année 1936, archives privées.