Du Laurens de La Barre, Ernest (1819-1881)

Ernest Alexandre Marie Dulaurent de la Barre - c’est ainsi que son nom figure dans l’acte d’état civil -, est né en 1819 à Quimperlé, où son père est contrôleur à la brigade des douanes royales. Après le collège de la ville, il poursuit ses études à Rennes où, en 1838, il s’inscrit en droit. Il vient à Vannes en 1856 occuper une charge de receveur de l’enregistrement puis de notaire. En 1873 il gagne la propriété familiale de Commana. Dès l’année suivante, il est nommé juge de paix du canton de Sizun. Déplacé en Loire-inférieure en 1879, il préfère démissionner et rester à Commana où il meurt le 18 décembre 1881.
Peintre, musicien, écrivain, Ernest du Laurens de la Barre collabore à de nombreuses revues : Le Messager de la Semaine, le Journal de Rennes, la Revue de Bretagne et de Vendée, le Conteur Breton, le Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, le Bulletin de l’Association Bretonne
S’il débute par plusieurs essais historiques, il est surtout connu aujourd’hui pour ses publications de contes et légendes qui feront l’objet de quatre volumes : Veillées de l’Armor (1857), Sous le chaume (1863), Fantômes Bretons (1879), Nouveaux Fantômes Bretons (1881). Les publications de Du Laurens de la Barre se situent dans la droite ligne de celles d’Emile Souvestre et les récits en sont largement remaniés. Membre de l’Association Bretonne, il est un ami proche de La Villemarqué dont il adopte les principes éditoriaux et demeure l’un de ses plus fidèles partisans dans la querelle qui touche l’authenticité des chants du Barzaz-Breiz.

Auteur : F. Postic - MAJ : janvier 2016.