Asseline, Louis (1829-1878)

Né à Versailles en 1829, Louis Asseline est l’un des membres du groupe du Matérialisme scientifique de la Société d’anthropologie de Paris. Après des études de droit, il dirige à partir de 1863 le service de publicité et de presse de la librairie Hachette. Anticlérical, franc-maçon et républicain radical, Il fonde en 1866, avec Albert Regnard (1832-1903) la Revue encyclopédique arrêtée dès le premier numéro par la police impériale. Toujours en 1866, tous deux lancent, avec le soutien financier du pharmacien Auguste Coudereau (1830-1882), La Libre pensée qui, ruinée par les amendes, disparaîtra après six mois d’existence tandis que Regnard et le gérant de la revue seront emprisonnés. En mai 1867, le journal reparaît sous un nouveau nom, La Pensée nouvelle. André Lefèvre et Paul Lacombe y participent activement. Au bout de deux ans, la rédaction réunie autour d’Asseline interrompt la publication pour se consacrer à la direction de l’Encyclopédie générale (1869-1871). Maire du XIVe arrondissement en 1870 et 1871, membre du conseil municipal de Paris où il siège parmi les radicaux, Asseline collabore aux principaux journaux républicains de son époque, Le Radical, Le Peuple souverain, Le Rappel. Conférencier en vogue, il incarne la figure du publiciste républicain du dernier quart du XIXe siècle.
Il meurt le 6 avril 1878 à quarante-neuf ans. Conformément à ses engagements, son corps sera autopsié par ses collègues de la Société d’autopsie mutuelle, autopsie qui fera l’objet d’une communication dans les Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris.

Auteur : C. Voisenat - MAJ : mars 2016.


Sources


— Desmet Piet, La linguistique naturaliste en France, 1867-1922 : nature, origine et évolution du langage, Leuven, Paris, Peeters, coll. « Orbis. Supplementa », 1996, p. 181-184.

— Thulié Henri, « Communication sur l’autopsie de Louis Asseline, membre de la Société d’anthropologie et de la Société d’autopsie mutuelle », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, , III° Série, t. 1, n° 2, 1878, p. 161-167. [En ligne]. Disponible sur Persée : www.persee.fr/doc/bmsap_0301-8644_1878_num_1_2_9947.