> Ethnographes et anthropologues 

Dossiers documentaires

Josselin de Jong, Jan Petrus Benjamin de (1886-1964)

Coordonné par Thomas Beaufils -

​IRHiS UMR CNRS 8529, Université de Lille

L’anthropologue et linguiste néerlandais Jan Petrus Benjamin de Josselin de Jong fait, au cours de l’été 1910, un premier terrain en Amérique du Nord chez les Indiens Blackfeet et Piegan du Montana puis, en 1911, chez les Odžibwe (Ojibwa/Chippewa) du Minnesota. Conservateur au Rijksmuseum voor Volkenkunde (Musée national d’ethnologie) de Leyde, il effectue en 1922 des recherches aux Caraïbes en collaboration avec l’archéologue et ethnologue danois Gudmund Hatt. Cette même année, il devient titulaire de la première chaire néerlandaise d’ethnologie générale à l’Université de Leyde. Après un terrain aux Indes néerlandaises de 1932 à 1934, De Josselin de Jong se voit proposer en 1935 la chaire d’ethnologie des Indes néerlandaises et publie la même année son discours inaugural De Maleische Archipel als ethnologisch studieveld (L’archipel malais, un champ d’étude ethnologique) qui pose les bases du structuralisme de l’Ecole de Leyde. Figure majeure de l’anthropologie néerlandaise du XXe siècle, De Josselin de Jong occupe dans l’histoire de la discipline une place qui dépasse largement le contexte de son propre pays et par l’influence de ses écrits ethnographiques et théoriques et par ses dialogues intellectuels sur la scène internationale.

Mots-clés : Anthropologie sociale et culturelle | Structuralisme | Ecole de Leyde | XXe siècle | Pays-Bas | Caraïbes | Langues algonquines | Etats-Unis d’Amérique | Indonésie / Indes néerlandaises | Asie du sud-est | Etudes amérindiennes | Etudes méso-américaines | Etudes asiatiques | Connubium circulaire | Famille et parenté | Mariage | Anthropologie de la parenté